samedi 13 juillet 2024

La généalogie nous fait découvrir nos ancêtres. Concernant les familles du vulgum pecus, les archives préservées nous permettent de remonter le temps jusqu’au XVIème siècle, rarement plus avant. Ces archives, aujourd’hui numérisées et accessibles, nous prouvent leur existence passée avec leurs activités, leurs modes de vie, leurs métiers, leurs épreuves, leurs plaisirs et leurs époques respectives. Elle nous permet également de les replacer dans leur contexte historique et de les imaginer avec plus ou moins de précision selon l’époque où ils vivent. Et, plus on remonte le temps, plus on rencontre de difficultés pour recréer leur quotidien.

En revanche, la grande famille aristocratique connaît son arbre généalogique jusqu’en des temps immémoriaux. Les tabellions, les notaires, les historiens et autres chroniqueurs nous en proposent des arbres généalogiques sur plusieurs dizaines de générations. Grace à leurs travaux, notre histoire de France est découpée selon les différentes dynasties qui se sont emparées du pouvoir du royaume. Quant au peuple, qu’on laisse dans son ignorance, il en est réduit à imaginer ce que peut être la vie de ces seigneurs dont la proximité leur est interdite. La vie de château, la chasse, la guerre, il les subit tout en travaillant du matin au soir. À la veillée, les anciens racontent les histoires de plus anciens qu’eux en les mettant à leur sauce. De génération en génération, les histoires deviennent des légendes soigneusement déformées mais entretenues pour arriver jusqu’à nous. C’est de ces légendes que notre historien préféré, Daniel Bontemps, est venu nous "causer" ce lundi 10 juin 2024. Et plus particulièrement de celles liées à la vie de Charlemagne et de ces fréquents passages par la Lorraine.

IMG E3960 2En bon pédagogue, Daniel nous a tout d’abord retracé la généalogie  de l’empereur à la barbe fleurie qui, nous dit-on aujourd’hui, ne portait pas la barbe mais simplement la moustache ! Pépin III, dit le Bref, dépose le dernier Mérovingien en 751. Il est couronné roi d’Austrasie et fonde la dynastie carolingienne. À son décès (768), le royaume est partagé entre ses deux fils Carloman (qui meurt quelques années plus tard) et Charlemagne. Conquérant un territoire allant de l’Èbre à l’Elbe, il est couronné empereur des Romains par le pape Léon III en 800.

Que ce soit pour guerroyer ou pour chasser, il semble que, partout où il a chevauché dans ce large empire, il ait laissé des traces de son passage. De multiples légendes racontent ses hauts faits. Une chasse à l’auroch dans les Vosges, animal dont il prit une corne pour en faire une trompe, visible sur les armoiries de Cornimont. La Tour aux Puces de Thionville où il enferma sa meute de chiens infestés de parasites.

Gerardmer la pierre de Charlemagne CP La pierre de Charlemagne  à Gérardmer proche du Saut des Cuves où il se reposa pendant une chasse (ci-contre). La chapelle Sainte Menne près de Blénod-les-Toul où il s’est également reposé. Chassant le cerf à Rabas près de Saint Hubert (57) et cherchant à se rafraîchir, il demande à son destrier de frapper le sol de son sabot par trois fois. L’eau jaillit et ainsi naquit la fontaine St Hubert. Dans le lac de Longemer (88), Charlemagne pêche un énorme brochet. Aussitôt on s’empresse de vouloir le cuisiner pour son repas. Mais celui-ci refuse et veut rendre ce poisson-empereur à son environnement. Il accroche une clochette au cou du poisson avec le collier de son lévrier et remet le poisson dans le lac. Passant par là, prêtez l’oreille : peut-être entendrez vous la clochette. On trouve également la Table de Charlemagne à Champ-le-Duc, la cascade Charlemagne à Xonrupt-Longemer, la Chaise du Roi à Saint Dié … et bien d’autres encore.

2 euros CharlemagneEt bien sûr, le Charles, roi de cœur de nos jeux de cartes représente Charlemagne. Il laisse sa trace de nos jours en 2023 sur une pièce de 2 euros  frappée de son monogramme par la banque d’Allemagne.

Nous étions douze à cette causerie passionnante et, pour ceux qui l’ont manquée, une recherche sur Wikipédia vous permettra d’en retrouver certaines anecdotes 

La prochaine conférence de Daniel Bontemps aura lieu en octobre et le sujet en sera : les Bohémiens en Lorraine.