jeudi 20 juin 2024


00001 Varengville

00002 VarangvilleC'est à 7 heures 30 sous un soleil radieux et un ciel bleu sans nuage que nous nous sommes retrouvés sur le parking de l'entreprise LES SALINS DU MIDI & SALINES DE L'EST avec une vue sur la Basilique de Saint-Nicolas-de-Port.
18 personnes ont répondu présent pour la visite de la mine de Varangéville organisée par Henri. Nous sommes accueillis dans une salle de réunion et d'exposition pour une présentation de l'entreprise, des détails de notre visite de la mine de sel de Varangéville et des règles de sécurité à observer notamment en cas d'incendie. Laura (une de nos guides) nous fait la présentation de cette mine qui est la dernière mine de sel en France  en exploitation. 00005 Varangville
Un peu moins de 200 salariés y travaillent dont 40 mineurs de fond. Cette mine produit 98% du sel de déneigement.Le groupe Salin France est composé de 5 sites de production :Varangéville, Dax et Batz sur mer et deux sites de marais salant, Salin De Giraud et Aigues Mortes en Camargue. Le sel récolté à Aigues Mortes est connu sous les marques Fleurs de sel, Saunier de Camargue et La Baleine. Tous ces produits s'exportent dans le monde entier. Varangéville dispose d'une raffinerie où est fabriqué du sel raffiné issu d'un champ de sondage situé à 10 km de l'usine (Réméréville, Drouville) par des méthodes d'injection d'eau douce sous pression et récupération de la saumure qui est ensuite remontée dans des bassins et envoyée pour une phase de thermocompression pour obtenir du sel raffiné. 00012 Varangville

Ceci permet la fabrication de pastilles pour les adoucisseurs d'eau et de produits pour lave-vaisselle, de blocs à lécher pour les animaux, du sel nitrité pour les bouchers-charcutiers et la marque Fournisel pour les boulangers. Le restant de la production part par train ou en camion (sel de déneigement – utilisation pour la composition du verre, du PVC, etc.). Il y a 240 millions d'années, se trouvait la mer dans l'est de la France, l'évaporation a créé une couche de sel qui est exploitée aujourd'hui. C'est donc un gisement de 230 km de long et 100 km de large soit 4 000 milliards de tonnes. La capacité de production de la raffinerie est de 550 000 tonnes par an. Munis de nos casques et lanternes, nous rejoignons le puits Saint Jean Baptiste qui a été "foncé" (terme utilisé pour le forage d'un puits de mine) entre 1868 et 1872. 6 personnes peuvent utiliser la cage sud (ascenseur) pour descendre en 50 secondes à 160 mètres sous la surface de la terre, là où se trouve la couche de sel la plus pure (91%). La température est de 15°C toute l'année et sans aucune humidité. Sous la cage se trouve un skip (petite trémie d'une capacité de 4 tonnes) pour remonter la production. Tous les engins présents au fond de la mine ont été démontés et sont passés par ces cages pour y être remontés au fond de la mine. L'exploitation date de 1856 à l'époque où les wagonnets étaient poussés à la main et furent électrifiés en 1907.

Arrivé sous terre, Denis (le responsable de la visite) nous fait partager sa très grande passion de l'histoire de la mine de Varangéville tout au long de cette visite dans laquelle il a travaillé ainsi que des membres de sa famille depuis trois générations.

00014 Varangville

Nous pouvons observer les immenses galeries de 4,50 mètres de haut sur 13 mètres de large et les piliers de 29 mètres sur 29 mètres pour retenir le toit en sécurité. Ceci forme un quadrillage pour ces 300 km de galerie. Non loin de l'arrivée de la cage, Aurore (une de nos guides) nous présente une statue de Sainte Barbe, la patronne entre autres des mineurs et artificiers. Cette visite de près de 2 heures, nous permet d'enrichir notre vocabulaire : Le "bougnou", une petite galerie qui descend jusqu'au-dessous de la cage par laquelle nous sommes descendus qui sert au nettoyage et à la maintenance sous la trémie. Les murs horizontaux sont appelés "parement", le plafond c'est le toit. Depuis 1980, un boulonnage d'une profondeur de 1,80 m tous les 1,20 m environ est effectué au niveau du toit pour garantir la solidité (la résistance à l'arrachement est de 22 tonnes par boulons). L'origine du mot "rescapé" vient d'un accident en 1906 de la plus grosse catastrophe minière de l'histoire de France et la deuxième au niveau mondial. C'est une dramatique explosion dans une mine de charbon située sous trois communes proches de Courrières (Pas-de-Calais). Plus de 1000 mineurs ont perdu la vie et un petit nombre ont pu s'extraire par leurs propres moyens "les rescapés". Nous parcourons ces galeries avec ces 4 zones impressionnantes de stockage et nous nous dirigeons vers la salle de projection où un film nous présente l'activité de l'extraction par les machines d'aujourd'hui avec des méthodes de découpe du parement par une haveuse au niveau du front de taille et de mise en place d'explosifs pour extraire une quantité de 500 tonnes de minerai à chaque opération.

Un musée a été réalisé pour montrer les outils et engins de l'époque retrouvés dans les galeries et une surprise : "Un journal de juin1954 dans lequel se trouve un restant de sandwich… un morceau de pain encore intact grace à l'absence d'humidité ".

Les photos personnelles étant interdites dans la mine, Denis prend des photos de notre groupe avant le retour à la surface pour cette visite qui a suscité un très grand intérêt. Et pour clôturer cette matinée riche en informations, 10 participants rejoignent le restaurant "Le Monopol" à Varangéville pour un sympathique moment de convivialité.

Le 31 juillet à 9h45 un autre groupe de 18 membres de l’Amicale effectuait la même visite avec le même plaisir et le même intérêt puis 14 d’entre eux se retrouvaient dans le même restaurant pour partager à leur tour un long moment de convivialité.

00017 Varengville

00025 Varangeville 2 

Un compte rendu de nos visites ont été publiées sur le compte facebook de la Mine de Varangéville
https://www.facebook.com/pg/Mine-de-Varangeville-Tourisme-885187371870292/posts/

Pour accéder aux autres photos et vidéos : connectez-vous avec votre "Identifiant/Mot de passe" sur la gauche de l’écran et aller dans le menu "Association"  rubrique « Photos »

N'oubliez pas de consulter souvent la rubrique "Nos prochains rendez vous"